Ce site utilise des cookies pour l'améliorer. Continuer la navigation sur ce site implique votre acceptation.

 

HOMMAGE A Jack COUDERT, Vice-Président National des DPLV

Jack Coudert 


Requiem pour un Ami, un copain

Oh oui ! je me souviens de TOI, cher Jacky
C’était il y a plus de six décennies, dans les années 1952/53.
Tu avais vingt ans et juste breveté pilote sur MS 472 “Vanneau” à Marrakech
puis qualifié "pilote militaire de transport" à l’EAT d’Avord ;
D’ailleurs et, autant que je m’en souvienne, tu étais alors davantage pilote que militaire !
Jeune Sergent, affecté au GT 2/61 “Maine” sur la BA 104 du Bourget,
ton leader t’avait lâché sur Junkers 52.

Oui je me souviens de toi, cher Jacky

J’étais de retour d’Indochine et toi, tu t’apprêtais à y partir
Et ça n’a pas trainé car la situation là-bas a voulu que tu t’y rendes sans tarder.
Aujourd’hui je suis bien incapable de retracer ce que fut le déroulement de ta carrière
Mais grâce à ton livre “La dernière luciole”, ce formidable document que je qualifie de “brut de fonderie” et que tu as longtemps hésité à faire publier, tu nous as appris ce que fut cette période tragique de cette guerre d’Indochine qualifiée par certains de “Sale guerre”…

Oui, grâce à ton livre, nous nous souvenons de toi, Jacky

Grâce aux sources officielles auxquelles tu t’es référé et en particulier
les "journaux de marche" des unités aériennes que tu as consultés au SHAA,
ton témoignage est exemplaire en ce qui concerne les faits relatés !
Exemplaire aussi, tous ces noms cités et notamment ceux de nos camarades qui y ont laissé la vie et qui sont « Morts pour la France ».
Et cela, bien des années avant que le Chef d’Etat-Major de l’Armée de l’Air n’émette en 2015, son projet d’un « Mémorial aux aviateurs morts en SAC ».

Oui Jacky, tu as participé au « Devoir de Mémoire »

Quelle belle carrière aéronautique fut la tienne ! d’abord comme pilote militaire jusqu’en 1965
puis comme pilote professionnel ensuite !… du Vanneau de tes débuts à la Caravelle en final !
Tes nombreuses missions seront récompensées par six palmes sur ta croix de guerre TOE et une étoile sur ta Croix de la Valeur militaire en AFN mais aussi, par ta promotion au grade de Chevalier puis d’Officier et enfin de Commandeur dans l’ordre de la Légion d’honneur.
Voilà qui t’a valu d’avoir l’honneur d’être le porte-drapeau
de notre noble "Association Nationale du Transport Aérien Militaire".

Oui Jacky, tu avais fière allure lors des cérémonies de l’ANTAM !

Le souvenir de ta conférence consacrée à "La bataille de Dien Bien Phu"
du 27 mai 2015 à "La Maison du Combattant" de Neuilly-sur-Seine, reste pour moi
un évènement inoubliable : quelle maitrise dans l’exposé de trois heures que tu nous en a fait !…
Président des Membres de la Légion d’Honneur DPLV du département de la Marne
et vice-président national des DPLV, ton implication au cours des cérémonies officielles
t’ont valu la reconnaissance des Autorités, … comme de tous tes nombreux amis !
Et comment qualifier ton extraordinaire et émouvant "Requiem pour Dien Bien Phu",
lors de cette cérémonie du 8 juin 2015, devant le monument aux Morts de la ville de Reims ?

EXCEPTIONNEL, comme tu l’étais toi-même mon cher JACK COUDERT !



Mais, pourquoi nous as-tu quitté avant la parution du prochain numéro d’ICARE consacré à l’Indo et, qui comportera un long extrait de ton livre ?…

GAUDINEAU Bernard dernier président de l’ADRAR, 15 Février 2016

Mémoire de JJ DIEBOLT

DIEBOLT 01

Jean Jacques DIEBOLT nous a quitté le lendemain de Noel à 87 ans entouré l’affection de son épouse et de ses enfants. Jusqu’à la fin il aura assumé ses responsabilités. Le 23 octobre, nouvellement élu pour  2016 à la présidence de la région Provence de l’association nationale des membres de la Légion d’honneur « Decores au Peril de Leur Vie » il remettait à mon côté au monument aux morts de la ville de Manosque la gerbe du congrès annuel de la région. Et le 11 novembre après avoir participé à Digne à la cérémonie de célébration de l’armistice mettant fin à la première guerre mondiale il présidait encore le conseil d’administration de l’association des anciens d’Indochine et des missions extérieures avant de se joindre au traditionnel repas de cohésion et dans l’après-midi participer à la cérémonie de Manosque .


Sa longue vie  aura été  bien remplie. Très jeune il connait la guerre et ses souffrances. Engagé en 1944 à 17 ans dans une unité d’infanterie coloniale de la 1ére Division Française Libre il est blessé par mine au cours de la défense de Strasbourg. Démobilisé en 1946 il rengage, toujours dans l’infanterie Coloniale en 1950 au titre de l’Indochine. Il y fera un séjour de 36 DIEBOLT 02mois et sera cité et décoré de la croix de guerre des Théâtres d’Opérations Extérieures . Après un séjour colonial de deux ans au Sénégal, nommé Adjudant-Chef, il accomplit deux séjours en Algérie et sera cité une deuxième fois et décoré de la croix de la Valeur Militaire et de la Médaille Militaire. Il est affecté ensuite à l’administration centrale. Il quitte l’armée d’active en 1966 et poursuit son activité dans la réserve de 1966 à 1987 terminant commandant et admis à l’honorariat de son grade. Il occupera, en particulier le poste de sécurité militaire de Digne.  Il sera décoré de l’Ordre national du mérite  puis de la Légion d’honneur en 1984.

A son départ de l’armée d’active il commence une carrière civile de 1967 à 1983 comme Secrétaire Général de la Mairie de Thoard aux coté du Sénateur Tardy.


Il s’engage aussitôt activement dans la vie associative. Secrétaire Trésorier de la section de la Société des membres de la Légion d’honneur aux côtés du Général Cortadellas il poursuivra avec mDIEBOLT 03oi et deviendra vice-président de la Légion d’honneur « DPLV ». Et j’aurai le plaisir de lui remettre les insignes d’Officier de l’ONM en 1997.

Et, alors que les associations traditionnelles s’essoufflaient il va donner un nouvel élan à la vie associative combattante des Alpes de Haute Provence avec la création de l’association des Anciens d’Indochine et des missions extérieures et l’érection à Aubignosc d’une stèle commémorative et surtout la création d’un groupement départemental 29 de la prestigieuse fédération André Maginot qui rassemble au niveau national et local toutes les associations d’ACVG. Ses services réellement exceptionnels sont reconnus en 2015 par une promotion au grade d’Officier dans l’Ordre de la Légion d’honneur dont les insignes lui seront remise  par le Général Maas au cours d’une cérémonie à Manosque devant la stèle commémorative de l’Indochine qu’il avait fait ériger sur la place des Terreaux.

Jusqu’à son dernier souffle il assuma toutes ses responsabilités et c’est seulement la maladie qui eut raison de la volonté de cet honnête homme, au service de la nation en paix comme en guerre, courageux dans les combats et dévoué à ses camarades dans la paix.  


Manosque 31 décembre 2015.

Vous êtes ici : Accueil Vie de l'association